Emploi

L’abandon de poste dans le secteur privé

Il est difficile de donner une définition précise à l’expression d’« abandon de poste », car il n’y a pas de texte précis qui le définit dans le cadre du travail. Cependant, on peut dire qu’il y a abandon de poste lorsqu’un employé quitte ses fonctions pendant les horaires de travail sans l’autorisation de son employeur. Nous allons faire un zoom sur ce sujet dans cet article.

Autres cas considérés comme abandon de poste

Un employeur peut aussi traduire les absences répétées de son employé comme un abandon de poste si l’employé ne les justifie pas. Les raisons doivent être valables et réelles. Si l’absence ne se produit qu’une seule fois, on ne peut pas parler d’abandon de poste. Pour éviter tout conflit, l’employé doit justifier son absence. 

Les conséquences de l’abandon de poste

On laisse souvent entendre que l’abandon de poste peut être un motif valable pour un licenciement. On ne peut pas nier ce fait, mais les conséquences ne sont pas toujours les mêmes. Elles peuvent varier d’un employeur à un autre, de la fonction qu’occupe l’employé dans l’entreprise et des circonstances. L’employeur peut uniquement adresser au salarié concerné une mise en demeure de reprendre le travail ou suspendre son contrat. Il est à rappeler tout de même qu’une absence prolongée et injustifiée ne peut être considérée comme une démission. 

L’abandon de poste : une faute grave ou non ?

Si le salarié quitte son poste pendant les horaires de travail sans avoir prévenu son supérieur, ceci peut être considéré par l’entreprise comme une faute grave. Dans ce cas, l’employeur a le droit de directement licencier le salarié. Si l’employé a dû quitter son poste pour des raisons de santé ou suite à un décès d’un proche, c’est certes un abandon de poste, mais on ne peut pas le traduire comme une faute grave.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *